Luc Chomarat

Luc Chomarat

Luc Chomarat est né en Algérie en 1959. Remarqué dès son premier roman par le magazine littéraire, il choisit d’exercer ses talents de rédacteur dans la publicité où, dit-il, « on trouve l’argent et les filles ». Poursuivi pour fraude fiscale, il se réfugie dans un monastère tibétain. Il revient au roman en 2014 avec L’Espion qui venait du livre. En 2016, il reçoit le Grand prix de Littérature Policière pour Un trou dans la toile. Traducteur de Jim Thompson, il est également l’auteur d’essais pour le moins atypiques : Le Zen de nos grands-mères (Le Seuil, 2008) sur son expérience bouddhiste et Les 10 meilleurs films de tous les temps (Marest, 2017) dont le sujet n’est pas clair.

Bibliographie :

Romans

Littérature d’enfance et de jeunesse

Série Praline

  • Je suis très fâchée, Toucan jeunesse (2007)
  • Je sais pas quoi faire, Toucan jeunesse (2007)
  • Je suis riche, Toucan jeunesse (2008)
  • Je suis trop contente, Toucan jeunesse (2008)

Série Bruce

  • Bruce footballeur, Toucan jeunesse (2008)
  • Bruce à la chasse, Toucan jeunesse (2008)

Essais

Traduction

La Mort viendra, petite (After Dark, my Sweet) de Jim Thompson, Payot & Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 52 (1988)

Revue de presse :

A propos de Un trou dans la toile : 

« Si, comme dans L’espion qui venait du livre, le pastiche est bien là, l’humour toujours présent, l’absurde érigé en philosophie de la vie, il y a aussi dans Un trou dans la Toileune part bien plus sombre qui touche à l’appréhension de l’identité, de notre manière d’être au monde et de la façon dont nos sociétés font de nous des êtres de plus en plus virtuels, à l’image du jeune Émile, programmant sans cesse de façon à pouvoir s’encoder totalement pour disparaître dans les limbes de l’Internet.

On rit, on pense aussi à Echenoz en lisant Chomarat et à bien d’autres tant les références littéraires, cinématographiques ou télévisuelles ponctuent ce roman, et, l’air de rien, on réfléchit à ce que l’on est. Du bon travail. »

Yan Lespoux Encore du Noir

A propos de Le polar de l’été :

Le titre est trompeur. Le Polar de l’été n’est pas un polar, c’est l’histoire d’un écrivain, ou plutôt d’un homme qui se rêve écrivain et qui cherche un moyen d’écrire le livre qui deviendra le polar de l’été. En vacances à l’île de Ré avec femme, amis et enfants ( «je ne sais pas comment cette chose est arrivée mais ma vie ressemble maintenant à un film de Claude Sautet» ), il a soudain une vision : il va reproduire un polar qui l’a marqué durant son adolescence. Le héros lui ressemble, rêveur, dilettante. Reste à retrouver ce livre dont personne ne se souvient autour de lui et dont même la BNF ne garde pas d’exemplaire. Les héros de Luc Chomarat se situent toujours en bordure de la société, attirés par le cocon rassurant du vintage. Celui-ci n’échappe pas à la règle, lunaire et un brin immature. Mais c’est l’écriture qui donne tout son charme à ce roman, simple, douce et fluide, empreinte de suffisamment d’humour pour que le lecteur finisse par s’amuser de la frontière ténue entre polar et littérature, le vrai enjeu du roman.

Libération 07/07/2017

A propos de Un petit chef d’œuvre de littérature :

Dans ce livre, personne n’est épargné : libraires, éditeurs, distributeurs, critiques littéraires et blogueurs.

En fait, je ne sais pas si j’ai lu un petit chef-d’œuvre de littérature. Ce dont je suis persuadée par contre, c’est que j’ai lu un petit chef-d’œuvre d’humour et d’intelligence.

Laurence Darbas Evadez-Moi

 

Le site de l’auteur: http://www.luc-chomarat.com/